Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
Michel Galabru
Michel GalabruMichel GalabruMichel GalabruMichel Galabru

Michel Galabru

Acteur français


Mort à 93 ans
Date de naissance
Date de mort

Il est mort depuis 2 ans, 7 mois et 13 jours

Cause de la mort : mort naturelle

Lieu de naissance
Safi, Maroc Maroc
Nationalité : française France
Catégorie
Signe astro
Scorpion

Michel Galabru, né le à Safi (Maroc) et mort le à Paris, est un acteur français. Il a également été metteur en scène et directeur du Théâtre Montmartre-Galabru, ouvert en 1984.

Premier prix du Conservatoire national d'art dramatique, Michel Galabru est pensionnaire de la Comédie-Française durant sept ans, de 1950 à 1957. Il acquiert un début de notoriété au cinéma avec le film La Guerre des boutons d'Yves Robert, succès de l'année 1962.

Le Gendarme de Saint-Tropez, en 1964, le révèle auprès du grand public. Aux côtés de Louis de Funès, il interprète l'adjudant Gerber de la gendarmerie de Saint-Tropez. Dès lors, il devient un acteur récurrent et prolifique du cinéma comique français, tournant régulièrement sous la direction de Jean Girault, Jean-Pierre Mocky, Georges Lautner, Claude Zidi et Bertrand Blier. Très populaire, il joue dans de nombreuses comédies à succès telles que Le Viager, Le Grand Bazar, Flic ou Voyou, Papy fait de la résistance, La Cage aux folles ou Les Sous-doués, tout en retrouvant Louis de Funès dans les cinq suites du Gendarme ou encore dans L'Avare. En parallèle, pour des raisons alimentaires, il participe à d'innombrables films comiques qualifiés de « nanars ».

Il livre aussi des prestations dramatiques remarquées dans L'Ibis rouge, Monsieur Balboss, Le Juge et l'Assassin, Le Choix des armes, Subway, Kamikaze ou encore Uranus. En 1977, son interprétation d'un tueur en série dans Le Juge et l'Assassin lui vaut le César du meilleur acteur. Il est nommé au César du meilleur acteur dans un second rôle, en 1986 pour Subway et en 1991 pour Uranus.

Figure du cinéma français avec plus de soixante ans de carrière et son nom aux génériques de plus de deux cent cinquante films, Michel Galabru reste également fidèle à la scène, étant souvent à l'affiche des théâtres de boulevard mais aussi de pièces d'auteurs comme Molière, Jean Anouilh et surtout Marcel Pagnol, qu'il affectionne particulièrement. En 2008, le Molière du comédien lui est décerné pour son rôle dans Les Chaussettes-Opus 124.

Plus rare au cinéma dans les années 2000, il fait toutefois une apparition marquante dans Bienvenue chez les Ch'tis. Il poursuit sa carrière quasiment jusqu'à sa mort avec Le Cancre, spectacle seul en scène qui revient avec humour sur sa carrière.

Le prix d'interprétation du Festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez porte son nom depuis 2016.

Source : Wikipedia