Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
anniversaire-celebrite.com
Adam Smith

Adam Smith

Philosophe britannique


Mort à 67 ans
Date de naissance
Le samedi
Il est né il y a 300 ans, 10 mois et 9 jours
Date de mort
Le samedi

Il est mort depuis 233 ans, 8 mois et 28 jours
Lieu de naissance
Kirkcaldy, Écosse Écosse
Nationalité : britannique Royaume-Uni
Signe astro : Gémeaux

Adam Smith (/ˈæ.dəm smɪθ/), né le à Kirkcaldy et mort le à Édimbourg, est un philosophe et économiste écossais ainsi qu'une des principales figures des Lumières écossaises. Il est l'auteur de deux ouvrages classiques, Théorie des sentiments moraux et Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, respectivement publiés en 1759 et 1776. Il reste dans l’histoire comme l'un des pères des sciences économiques modernes. Professeur de philosophie morale à l'université de Glasgow, Smith consacre dix années de sa vie à La richesse des nations qui inspire les grands économistes suivants, ceux que Karl Marx appellera les « classiques » et qui poseront les grands principes du libéralisme économique.

La plupart des économistes le considèrent comme « le père de l’économie politique » ; pourtant, certains, comme Joseph Schumpeter ou Murray Rothbard, l'ont défini comme un auteur mineur, considérant que son œuvre comportait peu d'idées originales et que ces dernières étaient pour beaucoup fausses,.

Source : Wikipedia 
Le prix réel de chaque chose, ce que chaque chose coûte réellement à celui qui veut se la procurer, c'est le travail et la peine qu'il doit s'imposer pour l'obtenir.
L'homme qui passe toute sa vie à accomplir un petit nombre d'opérations simples devient généralement aussi bête et ignorant qu'une créature humaine peut le devenir.
Ce qu'on achète avec de l'argent ou des marchandises est acheté par du travail, aussi bien que ce que nous acquérons à la sueur de notre front. Cet argent et ces marchandises nous épargnent, dans le fait, cette fatigue.
Aucune société ne peut prospérer et être heureuse, dans laquelle la plus grande partie des membres est pauvre et misérable.
Apprenons donc ici-bas ces choses dont la connaissance puisse continuer dans le ciel.
La haine et la colère sont le plus grand poison du bonheur d'un bon esprit.
Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu'ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.
C'est une main invisible qui conduit l'individu.