Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
anniversaire-celebrite.com
Ernest Renan

Ernest Renan

Ecrivain français


Mort à 69 ans
Date de naissance
Le jeudi
Il est né il y a 198 ans, 0 mois et 9 jours
Date de mort
Le dimanche

Il est mort depuis 128 ans, 5 mois et 6 jours
Lieu de naissance
Tréguier, France France
Nationalité : française France
Signe astro : Poisson

Ernest Renan, né le à Tréguier (Côtes-du-Nord) et mort le à Paris, est un écrivain, philologue, philosophe et historien français.

Curieux de science, Ernest Renan est immédiatement convaincu par les hypothèses de Darwin sur l'évolution des espèces. Il établit un rapport étroit entre les religions et leurs racines ethnico-géographiques. Une part essentielle de son œuvre est d'ailleurs consacrée aux religions avec par exemple son Histoire des origines du christianisme (7 volumes de 1863 à 1881) dont le premier tome est consacré à la Vie de Jésus (1863). Ce livre qui marque les milieux intellectuels de son vivant contient la thèse, alors controversée, selon laquelle la biographie de Jésus doit être comprise comme celle de n'importe quel autre homme, et la Bible comme devant être soumise à un examen critique comme n'importe quel autre document historique. Ceci déclenche des débats passionnés et la colère de l'Église catholique.

Ernest Renan est considéré aujourd'hui comme un intellectuel de référence avec des textes comme Prière sur l'Acropole (1865) ou Qu'est-ce qu'une nation ? (1882). Dans ce discours, Renan s’efforce de distinguer race et nation, soutenant que, à la différence des races, les nations s’étaient formées sur la base d’une association volontaire d’individus avec un passé commun : ce qui constitue une nation, ce n'est pas de parler la même langue, ni d'appartenir à un groupe ethnographique commun, c'est d'« avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore » dans l'avenir.

Son intérêt pour sa Bretagne natale a été également constant de L'Âme bretonne (1854) à son texte autobiographique Souvenirs d'enfance et de jeunesse (1883).

Source : Wikipedia 
L'essentiel dans l'éducation, ce n'est pas la doctrine enseignée, c'est l'éveil.
J'ai été aimé des quatre femmes dont il m'importait le plus d'être aimé, ma mère, ma sœur, ma femme et ma fille.
La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l'infini.