Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
anniversaire-celebrite.com
Léon Tolstoï

Léon Tolstoï

Ecrivain russe


Mort à 82 ans
Date de naissance
Le mardi
Il est né il y a 192 ans, 5 mois et 16 jours
Date de mort
Le dimanche

Il est mort depuis 110 ans, 3 mois et 5 jours

Cause de la mort : pneumonie aiguë

Lieu de naissance
Iasnaïa Poliana, Russie Russie
Nationalité : russe Russie
Catégorie
Ecrivains
Signe astro : Vierge

Léon Tolstoï, nom francisé de Lev Nikolaïevitch Tolstoï (en russe : Лев Никола́евич Толсто́й, [lʲɛf nʲɪkɐˈlaɪvʲɪtɕ tɐlˈstoj] ), né le 28 août 1828 ( dans le calendrier grégorien) à Iasnaïa Poliana, et mort le 7 novembre 1910 ( dans le calendrier grégorien) à Astapovo, est un écrivain russe. Il est célèbre pour ses romans et ses nouvelles qui dépeignent la vie du peuple russe à l'époque des tsars, mais aussi pour ses essais, dans lesquels il condamne les pouvoirs civils et ecclésiastiques. Il est excommunié par l'Église orthodoxe russe ; après sa mort, ses manuscrits sont détruits par la censure tsariste. Il veut et entend mettre en lumière dans ses œuvres les grands enjeux de la Civilisation. Il laisse également des contes et des pièces de théâtre.

Guerre et Paix, qu'il met dix ans à écrire, est considéré comme son œuvre majeure. Dans ce roman historique et réaliste, paru en 1869, il dépeint toutes les classes sociales au moment de l'invasion de la Russie par les troupes de Napoléon en 1812. C'est une vaste fresque des complexités de la vie sociale et de la psychologie humaine. Il s'en dégage une réflexion profonde et originale sur l'histoire et sur la violence dans la vie humaine.

Tolstoï est un écrivain dont le talent est rapidement reconnu grâce aux récits autobiographiques de son enfance et de sa jeunesse, puis de sa vie de soldat à Sébastopol (Crimée). Il devient très célèbre, comme il le souhaitait, avec le roman Anna Karénine en 1877. Mais il n'est pas heureux, il est angoissé et nihiliste. Au terme d'une recherche intense pour répondre à ses interrogations existentielles et philosophiques, il s'enthousiasme pour la doctrine du Christ. Dès lors, et jusqu'à la fin de sa vie, il exprime son idéal de vérité, de bien, de justice et de paix dans des essais, parfois dans des fictions.

Anarchiste chrétien, il prône le travail manuel, la vie au contact de la nature, le rejet du matérialisme, l'abnégation personnelle et le détachement des engagements familiaux et sociaux ; il espère que la simple communication de la vérité d'une personne à une autre fera disparaître toutes les superstitions, les cruautés et les contradictions de la vie.

Parce qu'il est porté aux nues pour ses romans, sa pensée devient un point de cristallisation en Russie et en Europe, il est admiré ou détesté pour sa critique des Églises nationales et du militarisme. Vers la fin de sa vie, il a une brève correspondance avec Ghandi, homme politique et religieux indien, qui s'inspire de sa « non-résistance au mal par la violence » pour élaborer sa doctrine de « non-violence ». Vers la fin du XIXe siècle, des courants idéologiques (libertaires, anticapitalistes, etc.) se réclament de l'héritage de Tolstoï, ils reprennent sa critique des Églises, du patriotisme et des injustices économiques. Si sa réflexion religieuse est toujours restée en marge, son génie littéraire est universellement reconnu.

Source : Wikipedia 
Le bonheur est une allégorie, le malheur est une histoire.
Le gouvernement est une réunion d'hommes qui fait violence au reste des hommes.
Qui a de l'argent met dans sa poche qui n'en a pas.
La pitié est toujours le même sentiment. Celà n'importe pas si vous la ressentez pour un humain ou pour une mouche.
Faire le bien ne peut pas rendre heureux mais faire le mal rendra à coup sûr malheureux.
Le plaisir est pour le corps, le bien pour l'âme. Plaisir et Bien coïncident rarement.
Tout raisonnement sur l'amour le détruit.
L'argent ne représente qu'une nouvelle forme d'esclavage impersonnel à la place de l'ancien esclavage personnel.
Ce n'est pas la violence, mais le bien qui supprime le mal.