Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
anniversaire-celebrite.com
Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor

Homme politique français


Mort à 95 ans
Date de naissance
Le mardi
Il est né il y a 115 ans, 8 mois et 20 jours
Date de mort
Le jeudi

Il est mort depuis 20 ans, 6 mois et 9 jours

Cause de la mort : cause naturelle

Lieu de naissance
Joal-Fadiouth, Sénégal Sénégal
Nationalité : française France
Signe astro : Balance
Signe astro chinois : Cheval

Léopold Sédar Senghor, né le à Joal (Sénégal) et mort le à Verson (France), est un homme d'État français puis sénégalais, poète, écrivain, premier président de la République du Sénégal (1960-1980). Il a été ministre en France avant l'indépendance du Sénégal et fut le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Il est le symbole de la coopération entre la France et ses anciennes colonies pour ses partisans ou du néocolonialisme français en Afrique pour ses détracteurs.

Sa poésie, fondée sur le chant de la parole incantatoire, est construite sur l'espoir de créer une Civilisation de l'Universel, fédérant les traditions par-delà leurs différences. Par ailleurs, il approfondit le concept de négritude, notion introduite par Aimé Césaire qui la définit ainsi :

« La négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture. »

Source : Wikipedia 
La parole se fait poème.
Le poème n'est accompli que s'il se fait chant, parole et musique en même temps.
Chaque touffe d'herbes cache un ennemi.
La poésie ne doit pas périr. Car alors, où serait l'espoir du Monde ?
Il suffit de nommer la chose pour qu'apparaisse le sens sous le signe.
Penser et agir par nous-mêmes et pour nous-mêmes, en Nègres..., accéder à la modernité sans piétiner notre authenticité.
Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.
Sang ô sang noir de mes frères, vous tachez l'innocence de mes draps, vous êtes le sueur où baigne mon angoisse, vous êtes la souffrance qui enroue ma voix.
Seul le rythme provoque le court-circuit poétique et transforme le cuivre en or, la parole en verbe.