Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
Maurice Richard

Maurice Richard

Hockeyeur canadien


Mort à 78 ans
Date de naissance
Il est né il y a 99 ans, 3 mois et 20 jours
Date de mort

Il est mort depuis 20 ans, 5 mois et 28 jours

Cause de la mort : cancer de l'abdomen

Lieu de naissance
Montréal, Québec Québec
Nationalité : canadienne Canada
Catégorie
Sportifs » Hockeyeurs
Signe astro : Lion
Signe astro chinois : Singe
Taille

178 cm

Joseph Henri Maurice Richard (né le à Montréal dans la province de Québec, au Canada — mort le à Montréal), surnommé le Rocket ou encore la Comète, est un joueur de hockey sur glace professionnel québécois. Il est un des joueurs de hockey les plus connus au Canada et dans le monde entier.

Joueur prometteur dès ses années juniors, il rejoint les Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey (LNH) pour la saison 1942-1943 mais voit sa première année gâchée par une blessure. Il parvient petit à petit à se faire une place au sein de l'équipe et dès sa deuxième saison, il remporte la Coupe Stanley de la finale des séries éliminatoires de la LNH. Richard joue toute sa carrière avec la franchise de Montréal, en grande partie à l'aile droite de la Punch Line avec Elmer Lach au centre et Hector « Toe » Blake à l'aile gauche. Entre 1943 et sa dernière saison en 1959-1960, l'équipe des Canadiens remporte huit Coupes Stanley, dont cinq consécutives de 1956 à 1960.

Après son premier but dans la LNH le , Richard en inscrit un grand nombre au cours de sa carrière. Ainsi, lors de sa deuxième saison, il est le quatrième joueur de l'histoire de l'équipe à inscrire plus de 30 buts. Au cours de la saison 1944-1945, il devient le premier joueur de l'histoire de la ligue à compter 50 buts en 50 matchs. Le , dix ans jour pour jour après son premier but dans la ligue, Richard inscrit son 325e but et dépasse ainsi la marque record de 324 établie par Nels Stewart. Il est également le premier joueur à marquer 500 buts dans la LNH le en déjouant Glenn Hall des Blackhawks de Chicago.

Parallèlement, par le biais d'articles de journaux, il incite les dirigeants de la LNH à éliminer leurs comportements discriminatoires vis-à-vis des joueurs de langue française. Il est à l'origine d'une émeute en 1955, qui prendra son nom par la suite. Cet événement est considéré par plusieurs comme le début de la Révolution tranquille au Québec.

Après sa carrière, les Canadiens décident de ne plus autoriser aucun joueur à porter son maillot fétiche, le numéro 9, et il est rapidement admis au Temple de la renommée du hockey. Il s'essaie brièvement au poste d'entraîneur des Nordiques de Québec mais après deux rencontres, ne supportant pas la pression, il décide d'arrêter l'expérience. Considéré par The Hockey News comme le cinquième meilleur joueur de tous les temps, il meurt le d'une insuffisance respiratoire alors qu'il souffre également d'un cancer et de la maladie de Parkinson à l'âge de 78 ans. Des funérailles nationales ont lieu en la Basilique Notre-Dame de Montréal le , présidées par le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal.

Source : Wikipedia