Menu
Anniversaire CélébritéAnniversaire Célébrité
anniversaire-celebrite.com
Donald Trump
Donald TrumpDonald TrumpDonald Trump

Donald Trump

Homme politique américain


ÂGE 74 ans
Date de naissance
Le vendredi
Il est né il y a 74 ans, 7 mois et 7 jours
Lieu de naissance
New York, États-Unis États-Unis
Nationalité : américaine États-Unis
Signe astro : Gémeaux
Signe astro chinois : Chien
Taille

190 cm


Célébrités liées


Ivana Trump
Ivana Trump

(ex-épouse)
Melania Trump
Melania Trump

(épouse)
Ivanka Trump
Ivanka Trump

(fille)
Jared Kushner
Jared Kushner

(gendre)
Marla Maples
Marla Maples

(ex-épouse)

Donald Trump (/ˈdɑnəld tɹʌmp/), né le , à New York, est un homme d'affaires, animateur de télévision et homme d'État américain. Il est le 45e président des États-Unis, depuis le . Son mandat doit s'achever le 20 janvier 2021 après la victoire de Joe Biden lors de l'élection présidentielle de 2020, qu'il a constamment qualifiée de frauduleuse.

Fils du promoteur immobilier Fred Trump, il travaille dans l'entreprise de son père pendant ses études à l'école de commerce de Wharton. En 1971, il prend la direction de l'entreprise familiale, qu'il renomme The Trump Organization. À partir des années 1970, il se constitue un empire immobilier et une notoriété grâce à des bâtiments prestigieux qui portent généralement son nom. Une partie de ses immeubles — dont plusieurs gratte-ciel, parmi lesquels la Trump Tower — se trouvent dans l'État de New York et à Miami ; il en possède également dans d'autres pays. Propriétaire de casinos, de résidences de luxe et de terrains de golf, il réalise de nombreux investissements dans d’autres domaines (sports, médias et concours de beauté notamment). Célébrité médiatique dès les années 1980, impliqué dans le secteur du divertissement télévisuel, il est l'animateur de l'émission de téléréalité The Apprentice de 2004 à 2015.

Il entre en politique dans les années 1980, s'affiliant alternativement au Parti démocrate, au Parti républicain et au Parti de la réforme, dont il brigue un temps l'investiture pour l’élection présidentielle de 2000. Opposé au président George W. Bush, dont il désavoue la décision de mener la guerre d'Irak à partir de 2004, il est à nouveau affilié au Parti républicain à partir de 2012. Il critique alors la politique du président Barack Obama, et reprend à son compte les rumeurs sur sa citoyenneté pendant plusieurs années.

Sa candidature aux primaires présidentielles républicaines de 2016 suscite de vives polémiques en raison de sa personnalité et de son discours ; il remporte cependant la désignation du parti malgré l'hostilité de l'appareil républicain. Il mène dès lors une campagne présidentielle atypique en s'appuyant sur une équipe et des moyens financiers réduits et en développant un usage intensif des réseaux sociaux. Se présentant comme un adversaire de l'establishment et du politiquement correct, il emploie un ton belliqueux, multiplie les contrevérités et les déclarations controversées, en particulier avec des propositions radicales visant à réduire l'immigration. Les observateurs qualifient généralement son discours de populiste, nationaliste, protectionniste et climato-sceptique. Sa victoire face à la démocrate Hillary Clinton à l’issue de l'élection présidentielle déjoue la quasi-totalité des pronostics des médias, des instituts de sondages et des politologues.

Lors de son investiture, il devient le président américain le plus âgé de l'histoire américaine, le premier à n'avoir jamais exercé précédemment de fonction politique ou militaire, ainsi que le cinquième à avoir gagné l'élection présidentielle américaine tout en étant devancé dans le vote populaire. Son style de gouvernance inhabituel — en particulier sa communication offensive et notamment tournée vers Twitter — contribue à susciter très fréquemment des polémiques aux plans national et international. Pendant son mandat, il signe des décrets restreignant l'immigration — notamment issue de pays musulmans —, procède à une extension du mur à la frontière avec le Mexique, retire son pays des accords de Paris sur le climat et sur le nucléaire iranien, reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël, rétablit les relations avec la Corée du Nord et supervise l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis. En matière économique, il réduit les prélèvements obligatoires, lance une guerre commerciale visant notamment la Chine, et bénéficie de très bons résultats en matière d'emploi et de croissance jusqu'à la crise sanitaire de 2020.

Au début de l'année 2020, dans le cadre d'une procédure de destitution lancée par les démocrates à la suite d'une conversation avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, il est acquitté par le Sénat, à majorité républicaine. Peu après, les États-Unis sont confrontés à la pandémie de Covid-19, l'une des plus graves crises sanitaires de l’histoire du pays, avec 200 000 morts en et des conséquences économiques néfastes. Donald Trump est contesté pour sa gestion de la crise et retire les États-Unis de l’Organisation mondiale de la santé.

Très tôt candidat à un second mandat, il est investi par le Parti républicain pour l'élection présidentielle de 2020, qui l'oppose à l’ancien vice-président démocrate Joe Biden. La campagne est principalement marquée par les conséquences sanitaires et économiques de la pandémie. Alors que Joe Biden remporte l’élection, Donald Trump refuse de concéder sa défaite, dénonce sans preuve un résultat frauduleux massif, engage une soixantaine de recours juridiques dans certains États-clés (lesquels sont quasiment tous rejetés) et retarde la transition présidentielle.

Le , Donald Trump organise un immense rassemblement de ses partisans devant la Maison-Blanche. Après les avoir galvanisés en les appelant à se « battre comme des diables », à « faire preuve de force », et à « être forts » pour faire pression sur les membres du Congrès réunis pour certifier la victoire de Joe Biden, qu'il conteste de manière toujours plus véhémente, Donald Trump incite alors ses partisans à marcher avec lui jusqu'au Capitole, pour « essayer de donner à nos républicains faibles le genre de fierté et d'audace dont ils ont besoin pour reprendre notre pays ». L'attaque du Capitole qui s’ensuit est considérée comme une insurrection ou une tentative de coup d'État, entraînant de très vives réactions jusque dans son propre camp, une vague de démissions dans son administration et des appels à sa démission ou à sa destitution immédiate. Donald Trump attend plus d’une journée avant de finalement condamner l’attaque et d'appeler au calme. En parallèle, la plupart de ses comptes sur les réseaux sociaux sont suspendus et il est banni de Twitter, tandis qu’une deuxième procédure de destitution est lancée à son encontre par la Chambre des représentants, cette fois pour « incitation à l'insurrection contre le gouvernement des États-Unis » : il est le premier président américain à être ainsi mis deux fois en accusation.

Source : Wikipedia